Airbus A380 : La chute d’un géant


Guillaume Rolland

29/06/2020



Airbus A380 : La chute d’un géant

 

On dit souvent que les histoires d’amour ne sont pas faites pour durer. Celle entre la compagnie Air France et l’Airbus A380 vient de se terminer en pleine crise de Covid-19, sans fracas mais avec une pointe d’amertume. 

L’ Airbus A380 représente tout un symbole, commercialisé en 2007 il représente à cette époque là le futur de l’aéronautique et des vols commerciaux. Ses technologies, son espace, et sa capacité étant montée jusqu’à 850 passagers, ce qu’aucun autre modèle ne propose, représentait une véritable prouesses technologiques pour l’époque. Malheureusement, le succès commercial n’était et n’est pas au rendez-vous.

 

    La taille, ça compte

Première raison de cet échec : le coût. En effet, les coûts de développement ont représenté plus de 18 milliards de dollars, hors il était vendu à 445,6 millions de dollars au prix catalogue 2018. Ensuite, seconde raison : son gabarit. Le problème du gigantesque quadriréacteur de 550m2, c’est que sa taille ne l’autorise pas à se poser n’importe où ! En effet, sa disposition oblige les aéroports à avoir une installation spécifique pour l’embarquement et le débarquement des passagers, rendant ainsi l’intérêt un peu moins élevé. Enfin, troisième raison : sa rentabilité lié à sa consommation. Sa taille et son poids l’obligeant à avoir une consommation un peu plus élevé que les nouvelles version d’avion de vols long courriers, le rendent ainsi moins intéressant économiquement et moins vert.

 

    Un échec commercial

L’histoire de l’A380 avait pourtant bien commencé. En 2005 ce paquebot des airs de plusieurs centaines de tonnes avait pris son envol devant 50.000 spectateurs. Airbus rêvait alors de concurrencer son rival américain Boeing et son célèbre 747. Mais au total 251 appareils ont été commandés depuis le lancement de l’A380. Un échec commercial. L’appareil est de plus en plus boudé par les compagnies aériennes : la Lufhtansa a revendu 6 de ses 14 appareils en 2019, la flotte de British Airways est sous-exploitée, Air France va donc faire son dernier vol vendredi. Il reste Emirates qui mise toujours sur le gros porteur d’Airbus. La compagnie saoudienne desservira de nouveau Londres et Paris en A380 à partir du 15 juillet

 

 

Ecrit par Flybot  (Guillaume Rolland) le 29/06/2020

Partager

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Logo-Flybot-Blanc

Copyright Flybot © 2019 

Suivez - nous :

Adresse : 27 rue d’Aubuisson, Toulouse
Email : contact@flybot.me
Tél : (+33) 6 51 60 27 62